Strict Standards: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, non-static method postitnotes::register() should not be called statically in /home/ecloid/blog.ecloid.com/wp-includes/plugin.php on line 496
La Shop à Bière : le crowdfunding au service de la microbrasserie | Blog Ecloid* | Page 2
Infolettre Inscris-toi! Infos et jeux concours en exclusivité!

La Shop à Bière : le crowdfunding au service de la microbrasserie

La campagne de sociofinancement de la Shop à Bière

En quoi consiste votre campagne de sociofinancement?

« Il reste 34 jours. On propose plein de contreparties. Ça part à 5$ et ça va juste 750$. Les remerciements personnalisés sur la page Facebook de la Shop à Bière, l’inscription de votre nom sur la page des contributeurs de nombre site web, lashopabiere.com. On a des contreparties aussi pour ceux qui ne sont pas de la région qu’on envoie par la poste comme les sous-verres de la Shop à Bière. C’est dédié pour les gens de la région, pour les gens au Québec et même un peu partout dans le monde. Par exemple, il a peut-être des collectionneurs de sous-verres un peu partout dans le monde.

  • Pour 25 $, on a un verre à bière de 16 onces avec un remplissage gratuit. Ce verre est aux couleurs de la Shop à Bière avec le logo.
  • Pour 50$, on a 2 billets pour le théâtre d’été et 2 bières de 16 onces.
  • Pour 75$, on une dégustation de bière de microbrasserie pour 2 personnes avec une présentation de notre expert et passionné, Étienne en fin de compte.
  • Pour 100$, cell-là est pas pire, on a une Choppe à bière de 22 onces, remplie 10 fois au prix d’une consommation de 16 onces. Ça permet de fidéliser les clients. On propose des contreparties qui nous amènent du monde. Si on envoyait tout par la poste, on n’aurait pas grand monde dans la place.
  • Pour les plus dispendieuses, à 250$, tu as 5 paires de billets pour les pièces que tu veux + 10 consommations de 12 onces. Il n’y en a que 50 contreparties.
  • Pour 500$ on a une soirée privée dégustation bière et fromage pour 10 personnes au brou pub
  • Pour 750$, dégustation bière, fromage, chocolat et billets pour la pièce de théâtre pour 8 personnes. On en a déjà 2 de réserver de celle-là. »

Et c’est laquelle qui pogne le plus?

« Je te dirais c’est plus à 25$, on a 19 appuyeurs, et à 50$ et on en a 21, à 100$, on en a quand même 7, 250$, on en a 6.

Il y en a donc pour tous les portefeuilles et pour tous les goûts et tu vois, la première contribution, ça a été de 5$ et je ne sais même pas c’est qui. »

Y-a-t’il des gens que tu ne connais pas qui t’appuient?

« Oui c’est ça, Étienne a posté des messages sur des forums de bière de microbrasserie, et sur leur page Facebook, ça vient surement de là.»

 La préparation et l’animation de la campagne de crowdfunding

L’avant campagne

« Avant de lancer le projet, on a créé une page Facebook qui a eu tout de suite un grand engouement. Et une fois qu’on était prêt au lancement du projet, on l’a annoncé sur cette page. On a contacté en privé chacun de nos amis Facebook et là, on les relance en leur disant : « As-tu eu le temps de regarder le vidéo que je t’ai envoyé? » (Car on a créé une petite vidéo pour montrer comment faire une contribution). On les relance sans être trop rustre non plus, mais il y en a qui nous disent : « on va t’envoyer un chèque » ou alors « on va contribuer la semaine prochaine » alors on les relance quand il ne se passe rien. On leur dit qu’on a jusqu’au 25 mai sinon ça tombe à l’eau. Bien sûr, on va s’arranger pour que ça ne tombe pas à l’eau!

J’ai relancé plein de monde en fin de semaine: sur 15 que j’ai relancé, il y en a peut-être 12 qui ont confirmé qu’ils allaient appuyer cette semaine.

Mon voisin aussi a parti un mouvement comme l’année passée, le « Ice Bucket Challenge », il a contribué et a nominé 3 personnes de son réseau pour qu’il fasse pareil. Et grâce à ça, on a eu 4-5 contributions quand même.»

Est-ce que tu as fait des événements à St Frédéric.

«On a fait une réunion, comme un Town meeting avec les entreprises des environs  il y a 3 semaines pour savoir qu’est ce qu’on fait avec le centre du village. Par exemple, la caisse populaire, ça se peut qu’elle s’en aille, car il n’y a pas beaucoup de va-et-vient. Alors, j’ai soumis mon projet aux commerces qui étaient là, et je les ai rencontrés lundi passé en personne. Et je vais faire mon suivi en début de semaine prochaine avec eux. Les commerces sont bien enthousiastes sur notre projet!

Demain, on a une réunion avec la chambre des commerces. La chambre des commerces nous a appuyés pour 750$. Ma femme fait partie de la chambre des commerces de St Frédéric et ils veulent nous rencontrer pour nous aider plus encore. Peut-être pour contacter d’autres chambres de commerces dans les environs, d’autres municipalités, et nous aider à attirer le monde du village dans une réunion sur comment ça fonctionne le sociofinancement.»

Et sur les réseaux sociaux?

«Sur notre page Facebook, ça réagit, ça like. On dirait que le monde le voit passer et se disent qu’ils vont le faire plus tard. Donc il faut poster souvent. On dit qu’une personne réagit quand il voit 7 fois la nouvelle. On a l’impression de tanner le monde mais on n’a pas le choix. Sur un article que j’ai lu sur quelqu’un qui a réussi une campagne de sociofinancement, le gars disait : « Je n’aurais pas aimé être un de mes amis à ce moment-là ». Surtout rendu sur la fin. Mais tu vois, j’ai relancé une fille qui m’a dit qui allait m’appuyer cette semaine, et puis là elle vient de le faire. Donc ça fonctionne.

Les gens voient passer ça souvent sur leur téléphone intelligent, et n’ont pas le temps de lire ou de regarder la vidéo, et ils se disent qu’ils vont regarder en rentrant chez eux, mais les gens souvent oublient, car ils ont d’autres obligations dans la vie (enfants, souper, etc…).

Mais c’est une période de 90 jours aussi, on n’a pas l’éternité pour faire ça. Il faut faire tout ce qu’on peut faire pour rentrer dans ce temps-là.

On a eu des articles dans les journaux locaux et à la radio, et demain, on a une entrevue pour Couleur Culturelle en Beauce. C’est un site internet qui fait découvrir la culture en Beauce. Ils suivent les pièces de théâtre amateur.

On a envoyé des communiqués de presse un peu partout aussi.»

Le suivi, il n’y a pas d’autres choses que ça. Il faut y aller en privé et personnalisé.

«On est sur twitter aussi. Il y a beaucoup  de microbrasseries qui nous suivent, il y a un collectionneur de verre aussi qui nous suit. On peut le contacter en privé pour voir si on pourrait lui envoyer un verre par la poste. C’est plein de petit détails, car il y a du monde qu’on ne pensait pas qui allait contribuer. Ça nous a surpris. Par en exemple, on a un groupe qui va faire leur party d’employés au mois d’octobre, ils ont acheté la contrepartie la plus chère plus la moitié d’une comme ça. Ils ont contribué pour 1100$. On a eu aussi un groupe de gens qui se mettent ensemble pour acheter les grosses contreparties, la meunerie aussi un groupe d’actionnaires, et un autre groupe pour 500$. Avec ces groupes là c’est le fun, parce que ça monte plus vite.

En tout cas, il ne faut pas penser que ça se passe tout seul.

J’avais été voir sur kickstarter,  j’avais vu la campagne de exploding kittens qui demandait 10 000$ et c’est monter à 8 millions, mais ils avaient des milliers suiveurs à la base aussi.

Le plus dure ça a été de décoller mais là on devrait être proche du 10 000$ en fin de semaine.»

L’avantage pour vous du sociofinancement

«C’est une bonne solution, le sociofinancement, car ça nous permet de partir sans dette, et les contreparties qu’on donne vont se perdre dans la masse. Financièrement, on ne le sentira pas trop par exemple lors des représentations, 5-6 groupes mélangés à 150 personnes.

Ça permet de se faire découvrir. On s’entend aussi que la personne qui va acheter une contrepartie par exemple à 25$ pour une bière, elle ne va pas venir toute seule et elle ne va surtout pas en boire qu’une!!!

C’est pour ça qu’on a choisi des contreparties que les gens viennent chercher sur place. Si on envoie tout par la poste, ça donne une contribution, mais ça s’arrête là. Ça permet d’avoir une base de client avant d’ouvrir, en plus de la base de client du théâtre.

On ne part pas de zéro non plus, on a quand même une base de monde qui vont venir au théâtre et qui en même temps vont découvrir le brou pub.»

Qu’est-ce que tu voudrais dire à vos appuyeurs?

«Merci d’avoir contribué et c’est le fun de voir qu’il y a des gens qui croient en notre projet parce que souvent, on a plein d’amis Facebook, mais on n’est pas forcément ami dans la vie, ou à qui on parle peut être moins souvent, et c’est le fun de voir que ces gens nous appuient aussi. C’est un projet qui est rassembleur, qui est nouveau, ce n’est pas comme si on ouvrait une pizzeria. Les contributeurs vont en avoir pour leur argent, ça c’est sûr!»

Qu’est-ce que tu voudrais dire à ceux qui ne t’ont pas encore appuyé?

«QU’EST CE QUE VOUS FAITES ??? Rire. Nan ce n’est surement pas par mauvais volonté, mais plutôt par manque de temps, mais on va finir par les coincer dans le coin quelque part. Ils vont peut être nous trouver tannant mais ça ne va durer encore que 34 jours après ça on va poster ce qui va se passer dans le brou pub une fois que ça va être lancé. On va finir par leur mettre le grappin dessus.»

Cet article vous a plu? Chez Ecloid*, on est impressionné de voir des appuis qui rentrent tous les jours. Visitez leur page sur Ecloid* et leur site internet.

Suivez-les sur Twitter et Facebook

En attendant, santé les amis!

bière

 

Commentaires

commentaires